La fusion permettrait d'être en dessous des 20% de résidences secondaires ?

La fusion des 4 communes de Chermignon, Montana, Randogne et Mollens n'amène à aucun changement notable à propos de l'application de la Lex Weber, car ces 4 communes ont un taux de résidences secondaires largement supérieur à 20%. Il se situe à 50% pour Chermignon, 60% pour Montana, 65% pour Mollens et 75% pour Randogne, selon les données de l'office du développement territorial. (ARE) Le projet de fusion des 4 communes n'a d'ailleurs pas comme visée de se soustraire aux conséquences de la Lex Weber. Dans le même sens, il ne vise pas à atténuer les effets de la LAT.

powered by /boomerang