Collaborations intercommunales

La communes ont-elles planifé le stationnement en permanence d'une ambulance sur le Haut-Plateau ?

A Mollens comme la décision est de la compétence du Conseil communal et qu'à l'époque de la préparation du budget 2016 nous n'étions pas définitivement au clair en ce qui concerne le financement définitif, l'exécutif de Mollens avait décidé de ne pas mettre de montant au budget et de prendre la décision ultérieurement.

Les communes de Chermignon, Montana, Randogne, Lens et Icogne ont inscrit leur part au budget 2016.  

 

Stéphane Pont, président du comité directeur de l’ACCM et président de Mollens.

 

 

 

Pourquoi les 6 communes ne sont-elles pas parties prenantes du centre médical ?

Les six communes de Crans-Montana ont toujours considéré et considèrent toujours que le dossier de centre médical et donc de la santé des habitants et des touristes constituent l’une des priorités absolues de notre action.

Malheureusement, le projet avec le groupe Magellan n’a pas pu aboutir.

Nous avons immédiatement repris nos démarches pour trouver les bonnes solutions permettant d'assurer à long terme une médecine de premier recours de qualité et  une médecine de famille de confiance à Crans-Montana. Nous y mettons toute notre énergie et espérons vivement que ce dossier trouve une issue favorable ces prochains mois.

L’attente est grande et le processus parfois très lent, mais c’est aussi le signe de la complexité du dossier.


Stéphane Pont, président du comité directeur de l’ACCM et président de Mollens.

Qu'en est-il exactement du cautionnemenmt CMA en cas de refus de la commune d'Icogne ?

Les citoyennes et citoyens de la Municipalité d'Icogne sont convoqués en Assemblée primaire le mardi 5 avril à 20h00 avec comme seul objet, à part les divers, "Cautionnement conjoint de CHF 500'000.-- pour la modernisation des infrastructures du domaine skiable de Crans-Montana". 

Le Conseil municipal d'Icogne veut démonter ainsi qu'il entend continuer de jouer la solidarité entre les six communes de Crans-Montana pour ce qui concerne les infrastructures touristiques. On ne peut que s'en féliciter.

 

Stéphane Pont, Président du comité directeur de l'ACCM et président de Mollens

 

Pourquoi lancer un processus de fusion avec une telle précipitation sans Lens et
Icogne ?

De manière générale, la question de la fusion est en débat dans nos communes depuis une trentaine d'années.

Avec la loi sur les communes de 2004, la possibilité de constituer des associations de communes à buts multiples a été instituée. Cette loi favorisait encore la fusion des communes. Les autorités de l'époque ont estimé que les choses n'étaient pas mûres pour la fusion et que l'association permettrait de faire une premier pas dans le rapprochement des communes. Pour diverses raisons, il n'a pas été possible d'ajouter des buts nouveaux à l'association des communes. L'ACCM n'a en gestion effective que trois domaines : l'entretien et la mise en place des infrastructures touristiques, la police locale, le feu. Les autres sont de l'ordre de lignes directrices, qui doivent être reprises pas les communes. C'est dire que la gestion de Crans-Montana n'est pas optimale car, dans le fond, chaque commune tend à préserver son "pré carré".

Durant la période administrative qui dure 4 ans, le moment pour poser cette question de la fusion est idéal. En cas d'acceptation, il y aura encore 18 mois pour travailler à l'établissement de la nouvelle commune, qui devra être fonctionnelle le 1er janvier 2017. En reportant à plus tard ce vote, nous aurions dû prévoir une mise en vigueur de la nouvelle entité le 1er janvier 2021. Le délai relativement court est par ailleurs suffisant pour que les citoyennes et citoyens aient le temps de se faire une opinion.

La commune de Lens, par un vote populaire a décidé de ne pas participer à l'étude sur la fusion. Partant de là, on peut se demander si la décision de nos amis Lensards valait aussi pour les citoyennes et citoyens des autres communes. Les Conseils ont répondu négativement à cette question et proposent ainsi à leur population de se déterminer à son tour, sur un projet certes différent, mais qui va quand même dans le bon sens. 

 

Quel effet aura la fusion sur les collaborations intercommunales existantes ?

Les quatre communes sont déjà très liées par les collaborations intercommunales qui se sont nouées au cours du temps, notamment à travers les diverses activités touristiques et de l’ACCM.

20 collaborations sont existantes. Elles concernent un grand nombre de domaines. Elles sont effectives aussi bien dans l'administration, le culte, la santé, le trafic, l'environnement et l'aménagement du territoire, que dans l'entretien et l'exploitation des forêts, la sécurité publique ou encore la formation.

Toutes ces collaborations seront reprises par la nouvelle commune.

 

Quelles seront les conséquences de la fusion sur les structures de l'ACCM ?
L’ACCM avait défini, dans son plan marketing territorial, qu’il fallait aborder de manière ouverte et déterminée l’idée de la fusion politique des communes du Haut-Plateau. Le projet de fusion s’inscrit donc dans ce cadre.

Les contrats et les collaborations actuelles (y compris l’ACCM) seront repris par la nouvelle commune. Cela concerne notamment l’éducation, la sécurité, le tourisme, etc.

Concernant l’ACCM en particulier,  la commune fusionnée reprendra les droits et devoirs des communes qui la constituent. La composition de l’assemblée des délégués devra toutefois être repensée, afin que les communes membres y soient représentées de manière équitable.

Pourquoi vouloir fusionner à 4 communes seulement ?

La question à été  posée aux 6 communes du Haut-Plateau, seules 4 ont répondu positivement. La démarche doit commencer et il vaut mieux un regroupement à 4 que pas de regroupement du tout. La porte est toujours ouverte pour les communes de Lens et Icogne.

L'équilibre dans les relations avec Lens et Icogne sera-t-il altéré ?

Il semble que la commune fusionnée aura un poids incontestable vis à vis des 2 autres communes, toutefois, de part la loi, chaque commune est maître chez-elle.

Avez-vous pensé au projet de fusion avec les communes de Venthône, Veyras et Miège ?

Nous n'avons effectivement pas envisagé une fusion dans cette direction, car le projet initial, sur lequel la population avait été sondée par l'institut MS Trend concernait les six communes de Crans-Montana, d'ores et déjà regroupées sous l'ACCM et sous de nombreuses autres collaborations à 2, 3, 4, 5 et six communes suivant les tâches.

Nous avons donc une grande habitude dans le travail autour de Crans-Montana et c'est bien sûr dans ce sens que le travail a été entrepris. L'idée de la fusion a 6 ayant été rejetée par le Conseil d'Icogne et par la population de Lens lors d'un vote à l'urne, il était donc normal que le processus continue à 4.

Rappelons encore que les trois communes dont vous parlez ont démarré leur processus bien après nous, car elles lancent seulement maintenant l'étude sur la fusion.

Enfin, il est évident que c'est bien la gestion de ce territoire partagé autour de Crans-Montana qui motive le projet de fusion en cours. Et là, il n'y a pas de doute sur le fait que les trois communes de Venthône, Veyras et Miège s'en distancient notablement.

 

powered by /boomerang